Cie Pièces jointes

Avant de s’intéresser au théâtre, Anne Schwaller suit une formation de pianiste au Conservatoire de Fribourg. Elle découvre le théâtre en 1998 avec la troupe du Collège Saint-Michel, dirigée par Anne Dumas. Elle commence sa formation en Belgique, à l’Institut des Arts de Diffusion (IAD), puis la termine à Lausanne à La Manufacture (HETSR), sous la direction d’ Yves Beaunesne. Diplômée en 2007, elle fait la rencontre de Gisèle Sallin, directrice du Théâtre des Osses la même année. Durant six saisons, elle travaillera activement avec la troupe du Théâtre des Osses à Givisiez, non seulement sur scène mais aussi autour de la scène, en s’investissant dans tous les corps de métiers qui forment un théâtre. En 2008, elle interprète Anna dans Les Bas-fonds de Maxime Gorki et en 2009, Antigone dans Jocaste Reine de Nancy Huston. A l’automne 2011, elle joue le rôle titre dans la pièce Marie Impie, de Denise Gouverneur, En 2013, elle joue Cécile dans Les deux timides d’Eugène Labiche et participe à la création du dernier spectacle de Gisèle Sallin au théâtre des Osses, Rideau !

Parallèlement à son métier de comédienne, elle s’intéresse à la mise en scène. En 2010, elle assiste Gisèle Sallin à la mise en scène du spectacle Les Femmes savantes de Molière; en février 2011, elle est l’assistante de Philippe Adrien pour la mise en scène de La Tortue de Darwin, de Juan Mayorga, une production du Théâtre des Osses. En automne 2012, elle signe sa première mise en scène avec Léonce et Léna de Georg Büchner au théâtre de Carouge. Suivent ensuite en 2015 la mise en scène de On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset qui voyagera en Suisse romande, en Suisse allemande et en Suisse italienne l’année suivante. En 2016, elle adapte Hamlet de Shakespeare pour 2 comédiens, spectacle qui tourne encore aujourd’hui.

Depuis 2014, elle collabore avec Julien Chavaz aux créations de la troupe lyrique fribourgeoise, Opéra Louise. Leur dernière création s’intitule Moscou Paradis, d’après l’œuvre de Chostakovich.

Anne Schwaller développe aussi une autre facette de son travail, axée sur la pédagogie et la transmission. Elle est depuis 2010 coach en art oratoire et donne des ateliers de prise de parole en publique à la Manufacture, la Haute Ecole des Arts de la Scène à Lausanne.

Cie Teatro La Fuffa

La compagnie fribourgeoise Teatro la Fuffa à été crée en janvier 2020 par SASKIA SIMONET (diplômée en 2019 à l’Accademia Teatro Dimitri) et FILIPPO CAPPARELLA (diplômé en 2019 à la Civica Accademia d’Arte Drammatica Nico Pepe). Ils créent leur premier spectacle «La principessa azzurra» dont la première a eu lieu au Théâtre le Bilboquet à Fribourg. Le spectacle se joue actuellement en Suisse et en Italie. « La principessa azzurra » remporte le Prix national « Giovani Realtà del Teatro 2019 » et le Prix « Mauro Rostagno 2020 ».

Ayant elle des racines dans le théâtre physique et lui dans la Commedia dell’Arte, iels s’intéressent à une recherche qui puisse mélanger différents codes. Cette recherche part toujours d’improvisations souvent liées au corps car celui-ci est un élément fondamental pour le développement de leurs œuvres, avec un accent particulier sur la décomposition physique et vocale et sur le concept d’incommunicabilité.

www.teatrolafuffa.com

Cie de l’Inutile

La compagnie de l’inutile est née sous l’impulsion de Laetitia Barras, autrice, comédienne et metteure en scène fribourgeoise. Elle est destinée à mettre en valeur les projets scéniques de cette artiste, à Fribourg et ailleurs.

​Dans un monde où la demande de productivité et de rentabilité règne, la compagnie de l’inutile prend le temps de se pencher sur ce qui ne sert à rien, ne rapporte pas grand-chose, ce qui est insignifiant, banal ; toutes ces choses inutiles mais tellement nécessaires.

Parce que, comme dirait l’autre, C’est encore plus beau lorsque c’est inutile.

LAETITIA BARRAS

Quel est le point commun entre l’écriture, le jeu et la mise en scène ?

Pour moi, c’est avant tout les mots. Une passion pour tout ce qu’ils peuvent dire ou cacher, les milles façons de les choisir, de les dire, de les comprendre. C’est autour des mots, leurs rythmes, leurs sons, leurs sens que se construit mon travail tant sur scène que sur la page blanche avant qu’ils ne prennent vie dans les bouches et les oreilles.

​C’est aussi une passion pour les histoires, les écrire, les inventer et les transmettre, les partager avec un public, sur scène ou entre les pages. Inviter à retrouver des émotions à travers des personnages, à voyager ou se découvrir au travers des récits, à questionner et chercher sa place dans un monde si multiple, si changeant, si fou !

https://delinutile.ch

Cie AGP

La Compagnie AGP a été fondée en mars 2005 pour la création du spectacle Un Clochard Philosophique. Elle se consacre principalement à des activités culturelles francophones, avec une distinction particulière pour le théâtre et la littérature contemporaine. Défendant des valeurs humanistes, elle conçoit l’idée d’un théâtre impliqué dans les problématiques actuelles qu’elles soient politiques, sociologiques, artistiques ou sociétales. Les principaux acteurs de cette association sont Gaspard Pargui, écrivain, Arnaud Prin, dramaturge, Guillaume Prin, metteur en scène et acteur, et depuis 2014, Lolita Frésard, actrice et metteure en scène.

En 2008, la Compagnie produit La Quatrième Chance, de l’auteur Arthur Pargui. Le spectacle est joué une trentaine de fois entre Genève et Fribourg, et connaît un franc succès puisque près de 2000 spectateurs assistent aux représentations. En 2012, la compagnie collabore à la création du spectacle Je ne fais que passer avec La Distillerie Compagnie. Le spectacle propose une odyssée poétique au Crématoire de La Chaux-de-Fonds et interroge la question du passage vers l’au-delà. Encore une fois, le succès est au rendez-vous, puisque les 20 représentations seront jouées à guichet fermé. En 2016, La Compagnie AGP produira deux spectacles sur le désir. L’un dans le cadre de Midi Théâtre, DésirS, qui sera joué 11 fois, et Le Salon des Confidences, un spectacle poético-érotique sur le désir des femmes inspiré du livre éponyme d’Elisa Brune. Ces deux productions seront jouées dans toute la Suisse romande pour un total de 45 dates.

Outre ces grands chantiers, la Compagnie a participé à de nombreux événements ponctuels, tels que des ateliers de recherche et d’écriture, des lectures, des participations artistiques pour différents tournages.

En 2007, la Compagnie AGP a ouvert un pôle genevois pour accroître son activité romande et pour éviter le cantonnement régional qui limite la circulation des idées et des cultures. La Compagnie AGP revendique aujourd’hui une identité romande.

Accueil

Cie Après ça je ne parle plus

ACUTALITE : Nouveau projet en cours 2022-2024

La Cie Après ça je ne parle plus est née d’un désir de dire, de raconter, de donner à voir et à entendre. Le désir d’une possible rencontre entre une œuvre et un public, une population et une autre anime la compagnie et les artistes qui gravitent autour d’elle. 

Camille Piller naît à Fribourg. C’est par le biais du chant choral, pratiqué dès l’âge de 8 ans, qu’elle découvre le théâtre à travers différents spectacles musicaux. Après deux années en classe préprofessionnelle d’art dramatique au Conservatoire de Fribourg, elle entre à l’école de théâtre Serge Martin à Genève. Durant cette formation, elle travaille notamment avec Yvan Rihs, Julien George, Sarah Marcuse, Sandra Amodio et Serge Martin. Depuis sa sortie d’école, on a pu la voir jouer dans «La joie des autres» écrit et mis en scène par Philippe Soltermann ou «Le Suisse trait sa vache et vit paisiblement ?» mis en scène par Isabelle-Loyse Gremaud. Active auprès de la population migrante du canton de Fribourg, elle est co-fondatrice de l’association Ensemble avec laquelle elle propose différentes prestations pour venir en aide aux personnes traumatisées par leur parcours migratoire.

En 2018, elle fonde la Cie Après ça je ne parle plus et lance le projet du «Petit Prince».

Elle est aussi metteuse en scène pour la Compagnie Fri’Bouffes qui redonne vie à des opérettes de l’entre-deux-guerres. Sensible à la question de la transmission, elle anime différents ateliers théâtraux à Fribourg tout au long de l’année. 

Accueil